PARTAGER

 

La dernière fois que l’on s’est vu, vous étiez très stressé par la sortie de votre album. Aujourd’hui, comment vous sentez-vous ?

« Je me sens très bien, je suis très très content et je ne suis plus sur la problématique de cet album. Je suis maintenant sur la tournée et c’est vraiment très différent. »

Vous vous apprêtez à partir dans les îles…

« Je démarre par Madagascar jeudi, puis la Réunion et l’île Maurice… »

Vous préparez également Bercy, le 12 décembre. C’est énorme, non ?

« Oui, c’est la première fois, c’est la plus grande salle, mais ce n’est pas très différent d’un Zénith. Ce sera le même show qu’à Lille. »

Combien serez-vous sur scène ?

« On sera sept musiciens : basse, batterie, piano, saxophone, guitare, violon, plus moi. »

Vous avez prévu un décor particulier ?

« Ce sera un décor années 30, un peu industriel. Un mélange d’Aéropostale et de vieilles usines, avec ce genre d’éclairages. »

C’est vous qui avez fait ces choix ?

« Oui. Je trouve que ça allait bien avec la musique, certains thèmes de chansons. On a orchestré d’une manière assez Broadway, assez rock. C’est assez music-hall. »

Vous chantez combien de titres ? Faites-vous des reprises ?

« Deux bonnes heures. On a répété trente-cinq chansons et on en fera plutôt vingt-cinq, vingt-six par concert. On essaiera de varier selon les jours. »

Vous vous préparez physiquement à cette longue tournée ?

« Je mange du chocolat en quantité industrielle ! »

Vous êtes jeune papa, vous emmenez votre enfant en tournée ?

« La plupart du temps, il sera là. On va partir sur les routes comme une petite famille de gitans, pleins d’amour et pleins de rêves, d’événements et de rebondissements. Ça va être intense. C’est bien de l’habituer. »

Appréhendez-vous la scène différemment, sachant qu’un bébé vous attend ?

« Ça ne change pas grand-chose. Ce n’est pas parce qu’on a un enfant qu’on a envie que le concert passe plus vite. On peut se séparer pendant deux heures. »

Ça change d’écrire pour soi ou d’écrire en sachant que son enfant lira, écoutera, non ?

« Sûrement, je ne me rends pas compte encore. Ça élargit d’une certaine manière l’inspiration. Ça doit ajouter de la tendresse dans l’écriture, je pense. Je suis même sûr. »

Vous commencez à connaître Lille ?

« J’ai quelques copains… mais souvent, à Lille, je ne reste pas car c’est près de Paris. »

En quoi ce concert sera-t-il différent de vos précédents ?

« Il sera plus électrique et plus cool. » •

PROPOS RECUEILLIS PAR VIRGINIE CARTON