PARTAGER

Un disque

On a l’impression d’un  mec seul au monde  qui a peut-être arnaquéses meilleurs copains pour une dose.
Une petite voix de junkie comme un chaton qui miaule, « you can’t put your arms around a memory, don’t try don’t try ». Il faut ne pas avoir de cœur pour ne pas être ému par ce disque.

Johnny Thunders, So Alone, Sire, Octobre 1978, 11€

J’adore aussi Hunky dory de David Bowie. L’oeuvre d’art la plus émouvante que j’ai jamais entendue, le disque d’un jeune homme touché par la grâce.

David Bowie, Hunky Dory, EMI, 10€

Un film

The Big Lebowski des Frères Cohen. Le Dude, interprété par Jeff Bridges, Livres, films, disques… Les choix culturels de Raphaëlest mon personnage préféré. Je rêverais d’être comme lui, vodka kalhua et peignoir. Je connais par cœur chaque mot de ce film. Il existe de nombreux obsessionnels de ce film, des associations qui se réunissent aux État-Unis pour en parler. Je reçois leurs invitations par mail.

The Big Lebowski, Universal, 13 €

Ma femme est de très loin mon actrice préférée, et je l’adore dans Ombline. C’est un rôle très difficile sur une femme qui accouche en prison, je la trouve incroyable dans ce film.

Ombline, de Stéphane Cazes, ZED

Un livre

 

Un script doctor d’Hollywood à la dérive découvre un jour que l’alcool ne lui fait plus aucun effet. C’est un drôle de livre, cynique, tordant et émouvant dont l’auteur est mort quelques jours après l’avoir achevé.

Karoo de Steve Tesich

 

Une piece de theatre

Je ne vais pas souvent au théâtre mais lorsque c’est ma femme qui joue j’y vais, parfois en cachette, je la regarde et je suis émerveillé. J’ai peur qu’elle se rende compte que je suis là . Je la trouve admirable dans Baby doll comme dans Le vieux juif blonde.

Un restaurant

Anahi, ma cantine argentine près de République. Le décor est certes rustique avec son carrelage d’ancienne charcuterie et ses murs effondrés mais pour les amateurs de viandes d’une grande tendresse en provenance de la Pampa, c’est une véritable institution. J’aime vraiment bien ce trou dans le mur au cœur de Paris.

Anahi, 29 rue Volta, 75003 Paris. Tél : 01 48 87 88 24

Une ville

J’aime bien la folie des gens et leur douceur.
J’aime bien les grandes brasseries, chez Vincent, l’asymétrie de la grand place, les néons géants coca cola sur les immeubles dix-neuvième beaux comme un film de Terry Gilliam.

Voir le site officiel de la ville de Bruxelles

Un musee

Le Prado, pour ses goyas noirs fantômes qui ont cent ans d’avance sur leur temps.

 

Propos recueillis par Francois Aubel et Laurent Mereu-Boulch – Le 26/10/2012